navigation

Voila…. C’est fini ! 15 avril, 2010

Posté par garydammron dans : Procédure et avancées , 11 commentaires

C’est fini d’attendre Gary… Mais le plus beau commence.

Mais le plus beau cela sera en privé, sur un nouveau blog.

Bien sur ceux qui m’ont suivie, soutenue sont invités sur ce nouveau blog (il vous suffit de mettre un commentaire ici pour que je vous invite là bas).

J’ai vécu ici des moments très forts depuis l’attente d’attribution à cette rencontre magique, sur un temps somme toute très très court.  Mais pour avoir déjà vécu 3 semaines avec mon fils, je sais que les moments les plus forts m’attendent maintenant…

Je souhaite plein de bonheur à toutes mes copines encore en attente, Celine et Steph qui commencent à voir le bout du tunnel, Marie et Philippe, dont l’attente est plus compliquée mais à qui je souhaite le meilleur pour la suite, et aussi bien sur à toutes les copines de la MDA, avec une spéciale pensée pour E en attente de W. (E. a eu son attribution le même soir que moi, son dossier vient juste de sortir de l’IBESR) et I et T en attente de N.

Merci à vous tous de m’avoir lue et de m’avoir soutenue.

Merci à S.B. et O.I. qui ont guidés mes pas sur le chemin de la MDA… et un ENORME MERCI bien évidement à la fée Gladys.

Et juste pour finir ce blog, je voulais remercier mon grand père et la maman de Cécile et Sophie.  Juste comme cela, au passage.

Une rencontre… la suite. 8 avril, 2010

Posté par garydammron dans : Humeur , 2 commentaires

Nous nous en étions donc arreté à ce premier déjeuner dans la bryante cantine du SAS, et ce premier rire franc de quelques secondes.

L’après midi s’est ensuite passée sur le même modèle que le matin, avec quelques tous petits signes d’intérêt pour moi, qu’il fallait tout de même avoir très envie de voir pour les voir… D’abord quelques pas tout seul devant, mais tous les trois ou quatre pas un petit coup d’oeil (super discret) pour vérifier que j’étais toujours là. Puis en attendant d’aller chez le docteur, j’ai eu droit à l’envoi de la petite voiture dans ma direction et enfin toujours en attendant le pédiatre… de nouveau un dodo sur moi, mais cet fois un vrai, abandonné, la main gauche entortillée dans mon col et la droite posée sur mon bras, et qui faisait régulièrement de petits calins… Waouh !

Le médecin ne pouvant pas nous recevoir, je suis donc allée voir la psy… avec cette épée de Damoclès qu’elle ne me laisse pas ramener mon fils le soir à la maison… Les signes étaient flagrants, mais comme plusieurs psy avaient décidés que mon fils était un cas : un petit garçon très méfiant qui ne donnera pas sa confiance comme cela ! Il a fallu batailler.

Argument de la psy : l’attachement se fait dans l’absence !

Donc, j’ai bien approuvé oui oui vous avez raison… mais moi, je veux mon fils ce soir ! Parce qu’à la crèche quand maman blan vient rencontré l’enfant, elle dort avec lui le soir… que c’est le shéma que mon fils connait qu’il a vu… et même dans un contexte différent, il ne comprendra pas que je le laisse pour la nuit. D’autant que petit W. avait eu le billet de sortie avec C & D… donc trop traumatisant pour moi… Et plus que le traumatisme de mon fils, c’est le mien qui a pesé dans la balance ! (Merci W. ! Tu la sais que je te dois une fière chandelle).

Pendant tout ce temps, Tizamour dormait du sommeil du juste… il s’est réveillé juste après que j’ai passé la porte du bureau de la psy… je crois que mon fils n’aime pas bien les psys.

J’ai pu lui dire que ce soir il allait dormir à l’hotel avec Maman… Cela a eu l’air de l’intéresser…

C’est à ce moment que nous sommes convoqués pour la réunion de débrieffing… et patatras… les sorties le soir ne sont plus autorisées qu’au cas par cas… après nouvel entretien avec  le psychiatre !!!!

Comme il commencait à se faire tard, nous avons fait diner les enfants sur place… parce qu’avec toute cette agitation; nous n’avions toujours pas fait la moindre course.

Et on était reparti en attente pour le rendez-vus avec le psychiatre, et je ne sais pas ce qui c’est passé dans la tête de Tizamour… mais il s’est donné en spectacle en signe de confiance « rien qu’à maman » devant les psy… pour remonter son pantalon, je l’avais posé debout sur une table, et en le lachant j’ai ouvert les bras pour voir s’il voulait y venir spontanément. J’ai alors eu droit à un grand sourire et à un jeter dans les bras. Par contre, si une psy ou autre approchait, c’était la tête cachée dans le cou de maman.

Sur ces très forts signes, nous avons eu notre billet de sortie.

Dans les voiture et à la maison, il n’y avait plus de psys… donc retour du regard vide et de travers… change et dodo, dans le lit de maman, des coussins partout pour ne pas tomber. autant vous dire que je n’ai pas beaucoup dormi cette nuit là non plus… passionnée par mon fils, je le regardais dormir.

Décalage horaire pour moi, le lendemain j’étais levée bien avant lui (ce sera je crois la seule fois depuis). Et quand il s’est réveillé, ce n’était plus le même bonhomme.

Bon pour commencer je l’avoue, la couche de la veille : ma première couche, je l’avais mise à l’envers… donc vous imaginez bien comment j’ai pu retrouver mon fils  au matin… tartiné des pied à la tête !

Change avant toute chose, et là miracle un premier babillement de satisfaction…je vous rappelle que je n’avais pas encore entendu le son de sa voix. Petit Déj..calin sur le transat. Puis le premier bain, avec W. Beaucoup plus intéressé par les robinets que par les jouets en plastique que nous avions apporté.

Fin de toilette sur le lit de maman, encore gros calins et les premiers « ma ma ma ». J’ai bien failli pleuré ! Pour le reste du temps à la maison, jeux avec la petite voiture on se l’envoie franchement l’un vers l’autre à grand renfort d’éclat de rire et de sourire et surtout des babillements à longueur de temps. Et le jeu préféré : courir se jeter dans les bras ouverts de maman.

Je n’en revenais pas : on m’avait changé mon bonhomme pendant la nuit !

Le reste de la journée, entre le retour au centre (medecin, assistante sociale et re psy) et le parc floral fut du même genre : sourire et calins. La nuit : premier cauchemars : cris et pleurs pendant le sommeil… et moi tout à coté le coeur en peine !

Le mardi : premier déjeuner en tête à tête à tête (C & D étaient à Pointe à Pitre déposer les valises pour Gladys, pendant que W. dormait). Riz Steack Haché : Tizamour avait alors toute l’étendue des dons culinaires de sa maman !
Dans l’aprèm, avant d’aller à la plage, retour au SAS pour récupérer le passport (gros moment d’émotion de voir enfin écrit Michael A. Dammon) ainsi que les copies des différents papiers du dossier.

C’est ainsi que j’ai appris que notre jugement datait du 11 janvier : il y a vraiment une (ou deux) bonnes étoiles au dessus de la tête de Tizamour.

Depuis, nous sommes rentrés, je suis juste débordée… mais aussi très heureuse… On s’apprivoise doucement, on instaure des règles, on fait plein de calin et de jeux (aussi beaucoup de ménage, de lessives et de rangement !)… et une maille à l’endroit, une maille à l’envers on se tricote tranquillement une jolie vie à deux.

 

 

 

Parce que vous l’avez demandé 28 mars, 2010

Posté par garydammron dans : Gary , 6 commentaires

Et bien non pas la suite du récit (désolée, mon bonhomme a des cauchemars, et je reste dans la chambre avec lui… et le clavier fait trop de bruit quand j’écris, il couvre même ses ronflements ! La souris pour transferer les photos est beaucoup plus discrete.)

donc voici de nouvelles photos de Tizamour… dans l’album et ici une avec sa maman

23marslaplage31.jpg

Je vous invite à relire le post précédent, une surprise vous y attend.

Par ailleurs, à l’heure qu’il est j’ai le plaisir de vous dire que V. est en Guadeloupe où elle rencontrera le beau F. demain ! Je le sais depuis mardi, ca a été une vraie joie pour moi… vivement demain soir qu’elle me le présente sur Skype !

 

Enfin, sans vouloir cacher l’ambiance, je mesure ce soir toute ma chance de pouvoir veiller sur les cauchemars de Tizamour, à l’heure où j’apprends le premier décès d’un enfant apparenté à une famille française (plus de détails sur le blog de Céline et Stéphane). Il n’y avait pas que Tizamour à Port au Prince, il reste encore plus de 600 enfants apparentés à des familles françaises, je vous remercie de continuer à penser à eux et vous mobiliser chacun avec vos moyens.

Une rencontre 27 mars, 2010

Posté par garydammron dans : Gary , 8 commentaires

Après avoir écrit mon avant dernier post, j’ai donc éteints mon ordinateur, j’ai fignolé mes valises, et tant bien que mal j’ai essayé de dormir dans ma chambre avec un dernier regard pour le lit parapluie vide.

Je n’étais pas en retard le lendemain matin, réveillée bien avant la sonnerie du réveil. J’ai tout vécu comme dans le brouillard jusqu’à retrouver C&D à Orly à 7h30…enregistrement, petit café, dernières clopes… nous étions bien en avance à l’enregistrement.

Je vous passe les détails du vol, je ne suis pas commerciale chez Air Caraïbes. Arrivée en retard (non, décidément, je ne suis pas commerciale chez Air Caraïbes) à Pointe à Pitre, longue attente pour récupérer les bagages (d’autant plus longue quand cela fait 10 heures sans cigarette et sous stress croissant).

Et nous sommes directement allés à la réunion d’accueil organisée par l’équipe du SAS.

On y a rencontré un psychiatre très sympa, qui en plus avait lui-même adopté… bon pas de bol il ne serait pas sur le centre pendant notre séjour !  Dans les infos importantes de cette réunion : les enfants étaient déjà arrivés (gros pincement au cœur de savoir que mon Tizamour foulait le même sol que moi), qu’ils allaient tous bien, et que le centre était au service des parents : on pouvait récupérer nos enfants dès le premier soir… sur avis des psys.

Après la réunion, direction la maison que nous avions louée. Accueil très chaleureux et apéro offert. Très bonne idée : le Ti’punch ça assomme toutes les angoisses et les impatiences… pas bien longtemps non plus car dès 3h du mat, j’avais les yeux grands ouverts et à 4h, je rejoignais D. sur la terrasse, rapidement rejoint par C.

Et nous avons fait passer le temps en regardant les étoiles, et le soleil se lever sur la journée où nous allions rencontrer nos amours.

 garyrencontreguadeloupe2010045.jpg

 garyrencontreguadeloupe2010044.jpg

 garyrencontreguadeloupe2010043.jpg

On a fait trainer… mais à 8h10, nous étions déjà dans la voiture direction LA CAFEIERE.

Dans la voiture, la pression est  montée doucement, jusqu’à carrément exploser sous forme d’une bonne crise de larmes à peine descendue de la voiture sur le parking du centre. Depuis le temps que j’attendais, j’y étais, ce n’était plus une question de fouler le même sol, là entre ses murs, il y avait mon bonhomme, dans quelques instants j’allais pouvoir enfin le voir, le serrer dans mes bras, c’était juste trop énorme et comme je ne voulais pas pleurer devant lui, je l’ai fait sur le parking.

Puis, les gens du centre nous ont accueillis, ils nous ont proposé d’aller patienter dans l’un des jardins pour attendre le début de la réunion… manque de chance, du coin du jardin nous avions une vue parfaite, bien qu’un peu éloignée sur les enfants qui jouaient dans l’autre jardin. Il a donc fallu leur expliqué que si nous restions là, il allait falloir un service de sécurité pour m’empêcher d’aller rejoindre mon fils.

C’est ensuite déroulée la réunion… ne me demandez rien sur cette réunion,  j’ai pas suivi… la tête ailleurs, je me demande bien pourquoi…

Ah si juste un truc qui a bien failli me mettre en colère avant de rencontrer mon fils… il ne semblait plus aussi évidement que nous puissions sortir nos enfants du centre le soir même.

A la fin de la rencontre, les responsables du centre nous ont invités à nous lever et à aller rejoindre nos enfants qui nous attendaient tous assis sur une couverture au milieu du jardin… je ne vais pas polémiquer ici mais sans être psychologue, je ne suis pas certaine que cela soit la meilleure méthode de rencontre….

En ce qui me concerne, j’ai reconnu tout de suite mon Tizamour, depuis la fenêtre de la salle, ce qui m’a bien sur laissé du temps pour une deuxième couche de larmes… parce que là c’était juste trop énorme !

De loin, je l’ai vu assis dans son affreux short bleu et encore plus affreux tee-shirt de la croix rouge, les yeux grands ouverts se demandant bien se qui se passait et scrutant tous les parents qui sortaient l’air de se demander s’il y avait quelqu’un pour lui. Alors je me suis approchée doucement, je me suis assise en face de lui et je lui ai dis bonjour, je suis ta maman blanc, mwen sé maman blan. Il m’a regardé moins d’un quart de seconde et a détourné la tête… je m’y attendais !  Ca fait un peu mal, mais je savais que nous n’étions pas dans le monde des bisounours… j’étais préparé à ce type de réaction, qui somme toute est très normale.

Je lui ai offert une petite voiture, qu’il a prise, puis très doucement j’ai commencé à le toucher, il n’a pas refusé le contact, mais j’avais un peu l’impression qu’il s’en foutait totalement. 

Je l’ai enfin pris dans mes bras et très lentement nous nous sommes éloignés de la couverture. Je tenais dans mes bras un bonhomme aussi expressif qu’un paquet de linge, sans aucune réaction ni dans son regard, ni dans aucun de ses muscles. En croisant une nounou, je lui ai demandé comment se dit « Je t’aime » en créole, alors, je l’ai répété et j’ai enfin eu la première réaction. Tizamour a posé sa tête sur mon épaule et s’est endormi… pour une bonne heure !

Un peu frustrée de ne pas pouvoir regarder mon fils, je me suis allongée et je l’ai laissé dormir.

21marslarencontre11.jpg

Heureusement que D et C faisaient des photos de nous, je pouvais voir mon fils sur leur écran d’appareil photo !!!

Au réveil pas mieux… toujours le regard fuyant où encore pire, le regard droit sur moi qui semblait me traverser et ne pas me voir… très déroutant.

La matinée s’est déroulée ainsi dans la lenteur des découvertes et des échanges. Nous sommes ensuite aller déjeuner dans une grande salle assez bruyante, je lui ai donné à manger, à boire, il a accepté… à la fin du repas, j’ai pris une banane sur le bar et nous avons quitté le réfectoire pour aller la manger sous l’arbre où était notre campement depuis le matin… comme il se grattait je lui ai retiré son tee shirt pour voir si je trouvais des marques quelconque, je lui ai fait des chatouilles sous les bras et j’ai eu le droit à mon premier rire franc !

Très rapide… mais c’était toujours cela de pris !

Bon la suite au prochain épisode… faut que je gère mon premier réveil nocturne avec pas du tout envie de se rendormir !!!! Le premier en 5 nuits, vous comprendrez que l’histoire continue très bien !

Pour vous faire patienter … 23 mars, 2010

Posté par garydammron dans : Gary , 11 commentaires

un peu fatiguée pour vous raconter la rencontre par le menu.. et avec mon tizamour qui dort dans le lit à coté de moi pour la deuxième nuit, j’ai surtout envie d’aller m’allonger à coté de lui… mais comme j’imagine quelques impatience : un nouvel album sur le blog. Toutes les photos sont prises par my self… alors comme d’hab ma préférée ici, le reste dans l’album

 

 garyrencontreguadeloupe2010021.jpg

Forcement là vous allez pas bien pouvoir vous rendre compte… mais en vrai, il est  100 fois mieux qu’en photo.

Un petit dernier… pour la route 20 mars, 2010

Posté par garydammron dans : Humeur , 9 commentaires

Dans quelques instants, je vais fermer mon ordinateur qui ira se ranger dans la valise pour s’envoler avec moi, direction mon bonheur.

Je suis dans un état très bizarre, entre impatience et joie profonde, un petit peu peur aussi.

Je crois que je n’ai rien oublié… en tout cas pas les plus de 80 kg de bagages (encore merci à tous les gentils donateurs) dans mon entrée…. Ah si, j’ai oublié de réserver le taxi.

(…) Oups, c’est fait… et j’ai demandé un grand coffre !

Et voilà dimanche à 9h00 , je vais rencontrer Tizamour, mon fils, mon bonheur ! (15h00 pour les français, 21h pour les Thaïlandais) J’ai encore beaucoup de mal à réaliser. Encore 2 dodos et je vais pouvoir le toucher, le respirer, le bisouiller.

Huuuuuuuuuuuu…. j’ai oublié de changer l’heure du réveil !

(…) C’est fait !

Allez, je fini le repassage et je vais passer ma dernière nuit toute seule dans la maison. La prochaine fois que je dormirais ici, Gary dormira dans la même chambre que moi.

…non, je n’en reviens pas !

Le téléphone sonne… 16 mars, 2010

Posté par garydammron dans : Procédure et avancées , 9 commentaires

et j’ai la tête à l’envers depuis environ 16h45 cet après midi.

J’ai les résa : départ samedi à 10h40 – arrivée Point à Pitre 14h20 / Retour le 24 départ PAP 19h59 – Arrivée Orly 9h05 (+ 1 jour)

J’ai quasiment l’hébergement : 1 maison que nous partagerons avec C & D qui partent chercher petit W. et peut être même la voiture 5 places.

Mais j’ai surtout la tête à l’envers !

 

Mais j’ai aussi une grosse grosse pensée pour V. qui ne sera pas de ce voyage pour aller chercher F. Alors, je vous demande à tous de croiser tout ce que vous pouvez croiser pour qu’elle soit du prochain voyage.

Une chance sur 4…

Posté par garydammron dans : Humeur , 4 commentaires

… d’être appelée entre aujourd’hui et demain (plutot demain) par le MAE pour m’informer que mon fils sera dans le prochain avion.

C’est pas beaucoup, mais c’est énorme au regard du dernier mois passé. Jeudi dernier,le MAE m’a téléphoné pour me demandé un scan de mon passeport, et j’ai appris depuis qu’il avait été envoyé le jour même en Haïti… Wait adn See… en l’occurence Wait and Listen !

Gladys déconseille fortement le voyage à Port au Prince… il est probable que ceux qui choisiront cette option verront la fabriquation de leur passeport bloquée.

Ce week-end j’ai préparé mes valises, elles sont dans l’entrée, prêtes à partir dès le coup de fil libérateur. Nous nous sommes organisé pour trouver un espace de stockage en guadeloupe, où Gladys pourra faire récupérer nos valises pleines de couches, de médicaments (Merci Karine et Laurent), de dentifrices, brosses à dents et vêtements (merci les auvergnates !) pour les enfants de la crèche.

Il ne me reste plus qu’à attendre… et espérer !

12345...16

Ils eurent un beau bébé |
Snuffy Cullen |
margueritegauthier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luiemoi
| KEE...
| Une vie